Un an après..... Le bilan

Publié le 21 Juillet 2013

Un an après..... Le bilan

Voila bientôt un an que je me lançais le pari d’arrêter de gronder mes enfants.

Quand j'ai commencé ce pari j'avais l’âme utopiste de la débutante. J'étais vaillante de bonnes résolutions.

Aprés avoir traversé une ou deux phases de découragement j'ai finalement commencé à apercevoir au loin un juste milieu qui me permet de n’être ni parfaite, ni coupable, juste moi, capable du meilleur parfois, et du pire, mais surtout surtout CAPABLE!!!

Capable de m'améliorer, capable de réfléchir, de m'interroger, de chercher, et de réajuster, capable de lâcher prise, et surtout capable de me pardonner mes erreurs.

Faire ce pari, le tenter est une expérience qui m'a énormément enrichie.

J'ai essayé une bonne trentaine de fois de passer 21 jours sans crier, et je n'y suis jamais arrivée. Et j'ai finalement compris pourquoi je devais arrêter ce pari.

C'est une expérience à tenter, et non à réussir.

Presque un an plus tard, j'ai arrêté le pari, mais je n’arrêterai jamais de chercher d'autres solutions que de crier sur mes enfants . En effet je comprends qu'en me culpabilisant à chaque erreur, chaque crie, je faisais porter à mes enfants le poids d’être responsable du sentiment de malaise de leur maman.

J'arrête de me regarder moi: "suis je une bonne mère", pour enfin les regarder eux "de quoi ont ils besoin" et puis-je y répondre.

En un an j'ai rencontré plein, PLEIN, de mamans bienveillantes, qui m'ont permis d'avancer dans ma relation avec mes enfants, mais surtout dans ma relation à moi même. Finalement la grande gagnante de cette année c'est moi. L'enfant qui n'est plus grondé, c'est la petite fille qui est en moi, ce qui lui a enfin permis de s'ouvrir, d'écouter et de pardonner.

J'ai enfin depuis peu, commencé à acquérir la capacité d’écouter mes enfants et les personnes qui m'entourent avec empathie. La petite fille en moi ne voulait pas donner ce qu'on lui refusait à elle, elle se fermait quand quelqu'un se plaignait, refusait d'entendre, refusait la compassion qu'on ne lui avait jamais donné.

En voulant à tout prix contrôler mon comportement, ma colère et mes gestes, en me culpabilisant à chaque erreur, j'apprenais à mes enfants qu'il faut à tout prix se contrôler, que la colère est inacceptable. Je tentais d'apprendre à écouter leur colère alors que je refusais d'entendre la mienne et que je voulais la contrôler.

En me refusant le droit à l'erreur, j'apprenais à mes enfants que l'on doit être parfait.

En tentant de contrôler ma colère, je me détachais de mes enfants, je prenais du recul. Je leur apprenais que pour pouvoir se contrôler il ne faut pas aimer...

Comme le dirait Karine Le Goaziou qui j’espère m'en voudra pas de la citer La bienveillance éducative est un chemin, j'avance sur le mien, à présent je ne regarde plus la ligne d'arrivée, je préfère profiter du paysage en tenant par la main mes enfants avec amour.

Plein de bonnes chose à toutes.

Rédigé par Lisa

Commenter cet article

Salima 14/05/2014 17:38

Merci pour ce texte magnifique, je découvre votre blog. J'ai eu envie de pleurer en lisant ce texte ou je me retrouve complètement. Cela m'a fait un déclic. Je suis mère de deux filles de 2 ans (jumelles) et un graçon de 3 ans et je sens que je suis en train de tomber dans la spirale de la féssé et des cris sur mes enfants qui grandissent et sont dans la période de l'affimation.
Je me rends compte que je fais exactement ce que vous décrivez, je veux être une mère parfaite. Je veux que mes enfants m'écoute au lieu de les écouter et d'apprendre avec eux. Mon fils de trois ans me dit de plus d'arrêter de crier car je cris et je mets des fessés mais j'explique. Et aujourd'hui mon fils me met fasse à mes propres contradictions en me disant "arrête de crier" et "arrête de taper", c'est exactement ce que je lui demande sans lui montrer l'exemple....

Merci

céline 24/11/2013 21:10

Merci, pour ce texte, juste Merci...

nfru 18/10/2013 10:21

Merci... C'est magnifiquement et tout simplement dit et je m'y retrouve à tel point que je vais le tirer et l'accrocher sous mes yeux, pour "tomber dessus" quand je dérape... Je décide en ce jour, de me lancer moi aussi, dans cette belle aventure à la rencontre de moi-même et de mes enfants...

Stéphanie 17/10/2013 19:39

Merci pour ce témoignage.
Je suis moi aussi débutante et croyante même si je n'ai pas osé tenter le pari des 21 jours!!! Je réalise que je ne suis pas prête du tout (mais je vais peut-être quand même essayer, pour le challenge!). Je tente de progresser et régulièrement je craque, je crie, je dis des "imbécilités" qu'on m'a dites petites du genre "parce que c'est comme ça" ou ... et même je hurle.
J'ai quand même constaté un "progrès": mes enfants m'ont dit que je leur faisais peur quand je hurlais. Ca m'a marquée. Je fais aussi de mon mieux, avec mes nombreux échecs.
Effectivement, la question de l'échec est en jeu car on veut bien faire sans y parvenir et c'est dur. Il faut se remettre en question en permanence et du coup, c'est difficile de s'accepter telle qu'on est...
Bref, je suis preneuse de conseils et de partage. Amicalement, Stéphanie

Célia 10/09/2013 14:08

Bonjour,
Je découvre avec bonheur votre blog et j'en profite pour vous remercier pour ce partage.
Ayant eu une enfance loin d'être non violente, la naissance de mon fils a été l'occasion de travailler sur moi, de me recentrer sur l'essentiel, de CHOISIR une voie éducative et c'est tout naturellement que j'en suis venue à la non violence. Mais c'est très difficile encore au bout de trois ans, car j'ai des réflexes très ancrés et très toxiques. Malgré mes lectures, j'ai du mal à passer à la pratique ensuite.
Sur votre blog, je n'ai pas bien compris d'où vient ce pari, pourquoi 21 jours. Est-ce que vous auriez une méthode orientée + pratique que théorique? Est-ce que vous avez participé à des ateliers, des stages?
Et vous parlez de la petite fille en vous qui n'est plus jalouse de la belle éducation que reçoivent vos enfants. C'est votre cheminement et vos réflexions sur l'éducation pour vos enfants qui ont suffit à apaiser la petite fille en vous?
Je vous remercie par avance si vous pouvez m'éclairer un peu.